Partage de la voirie : Breuillet prend une longueur d’avance

Trottoirs élargis, passages piétons sonores, bandes cyclables et réhabilitation des chemins vicinaux : la ville de Breuillet veut développer des transports durables, pour l’ensemble de ses habitants.

Une ville accessible à tous, quel que soit le niveau de mobilité et le moyen de transport. Tel est, depuis 2008, le rêve des élus de Breuillet, ville essonnienne de 8400 habitants. Un rêve qui prend forme peu à peu. « D’ici quelques années, la centaine de passages piétons sera entièrement réaménagée en faveur des personnes à mobilité réduite, souligne Guy Brachet, maire-adjoint chargé notamment du développement durable. La traversée de la chaussée sera facilitée par plusieurs niveaux sonores ».
Également au programme, l’élargissement et la sécurisation des trottoirs pour faciliter le passage des fauteuils roulants. Ce chantier, qui concerne une dizaine de kilomètres de voirie sur les 80 recensés, ne devrait pas s’achever avant 2013. « Quand ce sera possible, nous élargirons les trottoirs, quitte à faire des travaux sur une partie de la chaussée si celle-ci est trop étroite », précise Guy Brachet.

Circulations douces

Autre projet de la municipalité : promouvoir les circulations douces, pour le plus grand plaisir des vélocyclistes, des piétons et des cavaliers. En 2010, un chantier d’insertion a réhabilité 14 kms de chemins ruraux. Débutée la même année, une boucle de 6 kms de pistes cyclables est désormais achevée en périphérie du centre-ville. Et en 2012, deux autres kilomètres s’y ajouteront. Objectif : relier d’abord les deux gares RER et les centres sportifs, culturels et associatifs, puis le centre-ville aux quartiers et hameaux périphériques.
Handicap et circulation douce : deux volets qui s’inscrivent dans le nouvel Agenda 21 de la municipalité. Après deux ans de préparation avec l’ensemble des acteurs locaux, ce document, qui retrace les actions de Breuillet en matière de développement durable, a été présenté au Conseil municipal en juin. Il devrait être labellisé courant 2012. «  Un Agenda 21 pour une petite commune de moins de 10 000 habitants, ce n’est pas si fréquent, note avec satisfaction Guy Brachet. Cela montre l’intérêt des élus et des habitants pour le développement durable. »