Portrait d’acteur : le synchrotron SOLEIL

Des moutons au SOLEIL

Ils sont 2000 chercheurs du monde entier, spécialistes de l’étude de la matière, à fréquenter chaque année le synchrotron SOLEIL et ses installations expérimentales de pointe à Gif-sur-Yvette.

Au milieu de ce complexe ultramoderne, une surprise les attend : sur un hectare et demi une dizaine de brebis paissent tranquillement. « Ce sont des moutons de la race Solognote, une espèce rustique qui peut passer l’année entière dehors, même par temps de neige », explique Philippe Eymard de la division Services techniques et valorisation du synchrotron qui a mis en place cet écopâturage sur le site depuis le printemps 2010.

« L’idée est apparue en 2008, lors d’échanges avec des collaborateurs venus d’autres instituts qui hébergent des bergeries, poursuit Philippe Eymard. À SOLEIL, il n’y a pas assez de surface pour pouvoir avoir un élevage de mouton économiquement viable. Nous avons donc choisi de mettre en œuvre un partenariat avec la ferme pédagogique du Bel-Air à Villiers-le-Bâcle, à moins de 3 kilomètres de notre site. Après discussion avec la maison de l’agriculture d’Île-de-France, nous avons retenu une race de mouton peu usuelle et "autochtone" de la région, dans le souci de protéger la biodiversité. »

Ainsi, lors des visites de SOLEIL, le public peut vérifier au travers de l’historique, du fonctionnement et des applications du synchrotron, des différentes installations et des lignes de lumière, que développement durable, protection de la biodiversité et recherche de pointe vont de pair.