« Part’Âge » intergénérationnel à Courcouronnes

Voir en ligne : le site de l’association

L’Association des familles de Courcouronnes a organisé un projet rassemblant des jeunes de quartiers sensibles et des seniors. Au programme, hip-hop et danses urbaines, mais aussi culture de la Belle Époque et des années 1900. Un choc musical… tout en douceur !

Organiser des rencontres culturelles entre les jeunes et les personnes âgées de la ville : c’est l’objectif du projet « Part’Âge », mené par l’Association des familles de Courcouronnes. « Ces deux classes d’âges s’ignorent, estime la présidente de la structure, Isabelle Gaillard. Et chacun a un rôle à jouer pour apprendre à vivre ensemble dans le respect. » Quoi de mieux que la musique pour se mettre à l’unisson ?

De Courcouronnes à Chez Maxim’s

Vingt-cinq jeunes danseurs de hip-hop, âgés de 6 à 24 ans, ont ainsi invité vingt-cinq seniors à leurs répétitions, puis à leur spectacle de fin d’année. La petite troupe est ensuite allée Chez Maxim’s, à Paris, pour s’imprégner de l’histoire de la Belle Époque autour d’un goûter-spectacle. À leur tour, les jeunes ont pu découvrir le répertoire d’Yvette Guilbert, vedette musicale de cet âge d’or. Ils ont ensuite fait un tour de la capitale en bus, commenté par une jeune étudiante en tourisme du groupe. L’occasion de regarder la butte Montmartre, la Tour Eiffel ou le boulevard Haussmann d’un autre œil.

« La méfiance a disparu »

Désormais, « quand ils se croisent dans les rues de Courcouronnes, la méfiance a disparu et ils s’embrassent », raconte Isabelle Gaillard. Un pas de plus vers la citoyenneté, qu’Isabelle Gaillard ne cesse d’encourager. Elle ne rate d’ailleurs jamais une occasion de sensibiliser ces jeunes au développement durable. « Nous organisons des bourses aux vêtements et des vide-greniers éco-citoyens pour montrer comment réduire les déchets ». À l’avenir, l’association aimerait passer le relais aux jeunes et les invite à proposer eux-mêmes des idées de projets.

Plus d’infos : www.famicourcouronnes.com