La classe du développement durable

Pour la troisième année, le collège Germaine Tillion de Lardy a mis en place une classe de 5e spécifiquement tournée vers le développement durable. Un projet pilote qui a de l’avenir…

Comme tous les jeudis en fin de matinée, les élèves se pressent à l’entrée de leur salle de classe. Il faut dire que ces 22 écoliers de la 5e « Chasles » du collège Germaine Tillion de Lardy sont très motivés : tous volontaires, ils participent à une classe d’éducation au développement durable. « Il s’agit d’un projet pilote, initié par l’inspectrice d’académie, spécialisée dans les sciences de la vie
et de la terre et financé par le Conseil général
 », précise Nelly Sallibartan, professeure d’anglais et l’un des six enseignants mobilisés.

Une approche multi-thématique

Labellisé Agenda 21, ce projet existe depuis trois ans. Par petits groupes, les élèves planchent chaque semaine sur différents ateliers. « J’anime un échange numérique avec une classe de Croatie, dans le cadre de « l’e-twinning », dispositif de jumelage européen » détaille Nelly Sallibartan. Pendant que ces jeunes écolos en herbe écrivent et illustrent une histoire sur la forêt, d’autres travaillent avec leur professeure de français, Séverine Moughaoui.
Au programme : la rédaction d’un petit journal évoquant le développement durable, bientôt en ligne sur le site du collège (http://www.clg-tillion-lardy.ac-versailles.fr). Dans le même temps, d’autres volontaires
cultivent des aromates – garantis sans engrais chimique ni pesticide ! – sur un jardin mobile, fourni par l’IME (Institut médico-éducatif) de Gillevoisin, dont l’école est partenaire. Et, dès le début de l’année, un « écolo-blog », évidemment animé par les 5e « Chasles », viendra présenter tout le travail accompli à celles et ceux que la préservation de la planète intéresse. On le voit, ces jeunes ne manquent ni d’idées ni de motivation. « Je pense que c’est leur meilleure heure de la semaine » se félicite Christine Fiasson, enseignante en histoire-géographie, qui encadre la classe.
« Ils ne sont jamais en retard et n’hésitent pas à mener des actions de sensibilisation auprès des Larziacois… même le week-end ! »