À Soisy-sur-Seine, les collégiens se mettent au « vert »

Au collège de l’Ermitage de Soisy-sur-Seine, les ambassadeurs du club Green School mobilisent les élèves pour qu’ils modifient leurs comportements quotidiens et contribuent à préserver l’environnement.

Dans le hall d’accueil, non loin de divers documents d’informations, un panneau d’affichage estampillé « Green school – club développement durable » interpelle les collégiens. Il appelle à un « comportement éco-citoyen pour le futur ». Lancé en 2006, ce club regroupe chaque année une douzaine d’élèves volontaires de tous âges. « Ensemble, ils réfléchissent aux moyens de sensibiliser les collégiens et la communauté éducative au développement durable, mais surtout à les rendre acteurs de ce changement », explique Françoise Tête, professeure d’EPS et référente développement durable au collège. Au fil des ans, les ambassadeurs du club ont développé plusieurs actions concrètes. Par exemple, un logo et des corbeilles pour collecter les feuilles de papiers usagés dans les classes. Un geste éco-citoyen simple mais qui permet tout de même de recycler quelques centaines de kilos de papier par an. Autres initiatives portées par le club : la réhabilitation d’une mare pédagogique ou encore la conception de maximes dédiées à l’écologie ou la solidarité diffusées chaque semaine par les haut-parleurs de l’établissement et dans le journal du collège. Une cinquantaine d’élèves participent également au dispositif départemental « Essonne verte, Essonne propre » et nettoient les bois qui entourent le collège et le parc municipal du Grand Veneur. « Les jeunes adhérent aux messages et modifient progressivement leurs comportements », constate Françoise Tête, qui regrette toutefois que ces actions durables ne produisent pas suffisamment d’effet boule de neige auprès des familles et de la communauté éducative. Le club Green School a reçu la labellisation Agenda 21 de l’Essonne en 2008 et 2012. « C’est une récompense pour ces efforts consentis par les élèves. Et intégrer un réseau, cela donne encore plus envie de se mobiliser », poursuit Françoise Tête. Si le club Green School connaît en 2013 un petit coup d’arrêt dû au casse-tête de la gestion des emplois du temps, Françoise Tête compte bien le réactiver dès la rentrée prochaine. Et fourmille déjà de projets : du compost à partir des déchets alimentaires de la cantine, un mur végétal, etc.