Transports et pollutions - une feuille de route pour mieux respirer

La zone à circulation restreinte parisienne, première zone à basses émissions en france, devient effective le 15 janvier 2017.
Cette démarche présage-t-elle d’un nouveau souffle pour la reconquête de la qualité de l’air et du climat à l’échelon local ?Le trafic routier étant l’une des principales causes de la pollution, les villes doivent planifier la sortie des énergies fossiles et promouvoir les mobilités à faibles émissions à travers leurs nouveaux Plans Climats Air, leurs plans de déplacements urbains et les plans locaux d’urbanisme.
C’est pourquoi, mettant à disposition des élus locaux un guide pour bâtir des "Villes Respire", le Réseau Action Climat et ses associations membres suivront de près cette année les avancées et les reculs des collectivités en matière de mobilité pour veiller à ce que la préservation de la santé et du climat progresse.
La publication du Réseau Action Climat intitulée Les villes "Respire" de demain : repenser la mobilité face à l’urgence climatique et sanitaire est consultable en ligne.
Elle vise à donner aux collectivités locales le déclic pour réguler le trafic routier et agir sur la pollution de l’air et la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en confiant les clés du succès, pour emporter le soutien de la population