Des volailles labellisées à Vert-le-Grand !

La ferme des Fourneaux de Vert-le-Grand, connue pour ses cultures céréalières, produit de la volaille depuis 1996. Une diversification qui fait du bien à l’exploitation familiale reprise par le fils, Thierry Marais, en 1986. Cela fait bientôt 24 ans qu’il élève avec sa femme et ses enfants des volailles de chair et de ponte sur son exploitation placée en bordure du village.

Pour l’agriculteur, le bien-être des volailles est primordial et se doit d’être reconnu. Le 8 septembre dernier, l’exploitation s’est lancée auprès d’autres aviculteurs-fermiers dans l’aventure de la marque "Nos volailles d’Ile-de-France". Cette association est soutenue depuis mars 2018 par la Chambre d’Agriculture de la Région et son organisme associé pour la valorisation des produits agricoles et alimentaires franciliens Ile-de-France Terre de Saveurs (ex-Cervia). Ce label a conquis une quarantaine de professionnels franciliens dont la ferme des Fourneaux. « C’est une manière de valoriser notre production auprès des consommateurs », informe Thierry Marais. Guillemette Boiron, du service Economie et Filières de la Chambre d’Agriculture d’Ile-de-France, confirme. « Tous les éleveurs, qu’importe la taille de leur exploitation, doivent s’adapter à une demande de production continue. Les clients sont de plus en plus à vouloir consommer du local et du plein air. »

Dans le cahier des charges de “Nos volailles d’Ile-de-France”, les poules de ponte doivent être 9/m² en bâtiment et les poulets de chair à 11/m². « Chez nous, elles ont encore plus de place. Elles sont 6 poules au m² et elles ont bien sûr accès au parcours en plein air. » En ce qui concerne les règles d ’abattage, « comme pour le Label Rouge, les poulets de chair ont abattus au 80e jour », précise la chargée du Service Economie et filières. « On laisse le temps aux volailles de grandir jusqu’à la 14ème voire la 16ème semaines », s’enthousiasme le producteur. La particularité des poules rousses (labellisées JA657)

Poussée par l’envie de se diversifier davantage, la ferme des Fourneaux fait partie
des exploitations lancées dans un projet de méthanisation encadré par GRDF.
C’est un procédé naturel qui permet de valoriser les déchets organiques en énergie. Une idée qui aura mis sept ans à se concrétiser « avec des aides de la Région.

Derrière l’exploitation de volailles, des travaux sont en cours pour installer un méthaniseur composé de quatre digesteurs hermétiques. Les résidus de culture et le fumier d’un centre équestre voisin seront stockés plusieurs jours dans un endroit clos. Aucune odeur ne sera sentie par les habitants du secteur. « Une fois le processus terminé, les déchets organiques seront utilisés comme engrais après leur sortie », assure l’agriculteur. Comme dans un dispositif de
compostage, la matière va être digérée par des bactéries et produira un biogaz qui sera récupéré pour alimenter un moteur connecté au fournisseur ’énergie. Selon Thierry Marais, « le méthaniseur devrait fournir de ’énergie pour 120 pavillons aux alentours. L’inauguration est prévue pour le printemps 2020. »

Boutique sur place ouverte
du vendredi au dimanche
8, rue des Rondins à Vert-le-Grand