Panorama de la biodiversité francilienne (2019)

Malgré une augmentation des espaces de nature depuis un siècle en Île-de-France, ceux-ci ont perdu de leur diversité. Les marais, tourbières et autres zones humides ont été drainés, les prairies, landes et pelouses maintenues par pâturage ont fortement diminué avec l’arrêt de l’élevage et ont fait l’objet de fertilisation.
Tout le réseau de haies et bosquets – lieux de gîte et couvert pour nombre d’espèces – qui maillait les plaines agricoles a quasiment disparu aujourd’hui.
L’urbanisation et les infrastructures de transport associées ainsi que l’utilisation généralisée de pesticides et engrais dans les champs ont été très destructrices.

Toutes ces transformations du paysage francilien ont mené à une simplification importante des territoires périurbains et ruraux et à une fragmentation forte des espaces de nature urbains.

En conséquence, la composition de la biodiversité francilienne a évolué depuis un siècle et a connu de nombreux bouleversements. Cela est révélateur de processus naturels, mais surtout de dynamiques induites par les mutations du territoire. Les espèces les plus sensibles aux activités humaines ont disparu.

Toutefois, l’effondrement de la biodiversité n’est que très rarement affaire d’extinction d’espèces, mais plutôt de déclin de leurs populations.

Retrouvez ICI ce panorama qui vous propose un regard écologique sur l’Île-de-France.

Contact :
Maxime Zucca
Chargé d’études/naturaliste
01 77 49 76 65
maxime.zucca@institutparisregion.fr